RADAR LE ROBOT

Modérateur : Modérateurs

Répondre

Notez cet album de 0 à 5

0 = et si on parlait d'autre chose ?
0
Aucun vote
1 = pas terrible
1
6%
2 = bof sans plus
3
19%
3 = un album qui se lit agréablement
7
44%
4 = très bon album
4
25%
5 = superbe album je lis et relis. Un des incontournables de la série.
1
6%
 
Nombre total de votes : 16

En ligne
Avatar du membre
Trichoco
Administrateur
Administrateur
Messages : 4451
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 19:02
Localisation : Reims

RADAR LE ROBOT

Message par Trichoco »

Dans le cadre de notre travail de préparation du site bibliotheque, nous vous demandons ici de noter et donner votre avis sur cet album comme vous l'avez déjà fait avec les autres. Vous avez certainement déjà noté "Spirou et Fantasio"? Ce n'est pas grave, votre avis donné ici concernera ce Hors-série en particulier.

Image Image

Le barème ne change pas :

0 = et si on parlait d'autre chose ?
1 = pas terrible
2 = bof sans plus
3 = un album qui se lit agréablement
4 = très bon album
5 = superbe album je lis et relis. Un des incontournables de la série.
#TeamFournier #TeamTinlot
ElEmperador1907
Spiroutiste Débordé
Spiroutiste Débordé
Messages : 144
Enregistré le : mar. 14 déc. 2010 14:59

Re: RADAR LE ROBOT

Message par ElEmperador1907 »

J'ai beaucoup de sympathie pour cet album. 4
Avatar du membre
Jalias
Spiroutiste Détraqué
Spiroutiste Détraqué
Messages : 254
Enregistré le : lun. 12 mai 2014 13:05

Re: RADAR LE ROBOT

Message par Jalias »

ça y est ! ça y est ! Victoire !... Venez voir !

Suite au plus que prometteur le Tank (voir le Hors-Série n°1), Jijé, en déplacement, donne Spirou et Fantasio à Franquin après trois planches de la maison préfabriquée. A charge au jeune Franquin de « deviner » quel était le scénario de Jijé, et faire avancer et conclure le récit de manière satisfaisante, tout en essayant de masquer le changement d’auteur. J’imagine qu’un œil expert remarquera aisément les différences, j’ai pour ma part noté que si Franquin cherche à garder un trait peu appuyé pour les contours de ses personnages, au fur et à mesure de l’histoire le trait se fait naturellement plus épais.

Dans la lignée du Tank, la maison préfabriquée est un récit encore une fois léger et bondissant. Pas un chef-d’œuvre mais une aventure tout à fait distrayante. De même, alors que le Tank rappelait tantôt la Jeep de Fantasio tantôt Spirou et l’aventure, on retrouve encore quelques inspirations dans cette œuvre. En effet, réminiscence de Jijé, la séquence où Spirou imagine Fantasio au ciel, faisant du golf avec les étoiles pour créer des étoiles filantes, me rappelle furieusement Spirou et les esquimaux, avec une situation et une imagerie assez similaires ! Il est passionnant de voir ces inspirations communes, comme si les auteurs ou le récit se répondaient entre eux.

J’en profite pour glisser un petit mot sur les histoires courtes que Franquin imagine à la suite de cette première histoire, et qui n’ont été publiées (je crois) que dans l’intégrale Franquin n1.

Les quelques histoires courtes créées par Franquin (le pharmacien débrouillard, la vieille dame, la visite de Saint-Nicolas et Spirou à la plage) sont par contre sans grand intérêt (à l’exception du pharmacien débrouillard, qui a le mérite de raconter une histoire « muette »). Ce n’est pas surprenant qu’ils n’aient jamais été repris en album, et Franquin ne semble pas à l’aise avec les récits en « une planche ». C’est pas grave !

Radar le Robot est une histoire plus compliquée à juger. D’un côté, l’intrigue est plutôt faible (le savant fou qui fabrique une voiture téléguidée pour effrayer les passants, puis décide de détruire le monde (parce que… ?... Hum… Hein, ho, je vous en pose des questions ??) n’est en soit pas très passionnant. La lecture glisse facilement, mais pour le lecteur un peu exigent ça manque franchement de profondeur. Le Professeur Samovar est une grosse caricature de savant fou sur pattes, mais profite d’un character design bien défini.

Qui plus est, Radar le Robot est une des seules œuvres de Franquin (sans doute la seule de mémoire), qui souffre du syndrome « Tintin en Amérique ». Syndrome qui consiste à se sortir d’une situation épineuse par un retournement de situation qui ne respecte pas l’intelligence de ses personnages ou du lecteur : l’enfermement de Spirou est résolu car « Samovar n’a pas fermé la porte à clefs ». Sic ! Et Spirou a attendu toute la nuit pour vérifier ! Re-sic ! Quant à la machine infernale, elle n’a pas marché parce que « Samovar est fou ! ». Excuse absolument bien pratique mais absolument horripilante (j’attends toujours une œuvre de BD qui ne traitera pas la folie de façon aussi stupide et superficielle).

De l’autre côté, l’intérêt de Radar le Robot est pour moi dans sa dernière partie, après la chute de Samovar. Radar, qui voit son maître blessé, se met en colère et commence à tout détruire sur son passage. Plus intéressant déjà donc car plus subtil, le robot semblant ressentir de la colère, ce qui est très bien mis en avant par le trait de Franquin, qui montre la fureur du robot sans dénaturer sa nature de « boîte de conserve ». Intéressant également par le danger que représente le robot pour nos héros.

En effet c’est également la seule fois (encore une fois de mémoire), où Spirou et Fantasio vont très naturellement s’armer et tirer sur leur ennemi, ici Radar. Il est bien entendu plus éthique de les faire tirer sur un robot que sur des humains, et si ce n’est pas la seule fois qu’on voit Spirou et Fantasio tenir une arme, les voir faire feu et manipuler des lance-grenades a quelque chose d’un peu dérangeant. C’est que j’apprécie tout de même - même si nos héros ne sont pas des pacifistes niais et savent se battre quand c’est nécessaire - de voir Spirou et Fantasio battre leurs ennemis par la ruse et l’intelligence et suis plus mal à l’aise de les voir défoncer des robots à coup de grenades.

Reste donc une œuvre assez daté, mais avec quelques élans « cinématographiques » dans ses enjeux et sa mise en scène. Pour en avoir discuté avec mon libraire (que je salue au passage !), Radar le Robot a sans doute eu un aspect beaucoup plus marquant pour les lecteurs – enfants – de l’époque. Ce robot « increvable » a sans doute marqué une génération de lecteurs. Malheureusement, plus de cinquante ans après, et alors que le cinéma s’est emparé de thématiques assez similaires pour les emmener plus loin (coucou Terminator), Radar le Robot est tout de suite moins marquant.

Entre 2 et 3/5 pour moi. Je vais mettre 2 plus pour différencier d’autres œuvres auxquelles j’ai pu mettre 3 que par détestation (ça mériterait environ la moyenne).
Avatar du membre
Pigling-Bland
Administrateur
Administrateur
Messages : 7760
Enregistré le : ven. 22 sept. 2006 19:00
citation : Prof Pigling
Localisation : 29000 Quimper
Contact :

Re: RADAR LE ROBOT

Message par Pigling-Bland »

Toujours très intéressant... J'ajouterai peut être un petit bémol au profit de ce "Radar le robot" pour mettre en exergue les 4 strips de 3 cases (gaufrier impeccable) de la poursuite entre Radar et Spirou dans la neige en séquence de nuit. Cette séquence totalement muette hormis quelques bruitages constitue à mon avis un haut moment des débuts de Franquin.
Les 4 strips constituent la page 1 du spirou 505 daté du 18 décembre 1947 : http://www.inedispirou.com/bibliotheque ... &debut=455#
Membre de la team Gil Jourdan
Désolé madame, je ne peins plus que les natures mortes ! Qu'on vous assassine, et c'est chose faite !
Avatar du membre
Gaston Lagaffe
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 2311
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 14:02
citation : Fan de Fournier
Localisation : Gatineau (Québec)

Re: RADAR LE ROBOT

Message par Gaston Lagaffe »

Oua je voulais changer mon vote (de mémoire, je pensais que j'avais mis 3 étoiles) et je me rends compte que j'avais pas voté. :lol:

Je mets 4. C'est peut-être un peu élever vu que la première est juste un truc humoristique qui de nos jours fait au mieux sourire, mais selon moi Radar le Robot est un tournant pour Spirou. C'est la première histoire que je trouve mémorable. Le scientifique plus fou que méchant est le premier méchant charismatique de la série, les gags fonctionnent et surtout il y a Radar !

Pour moi, Radar est la première réussite graphique de Franquin. J'adore ce personnage et je suis triste face au destin qu'il subit. Le pauvre 'meurt' alors qu'en faite il était juste en colère qu'en ait fait mal à son maître même s'il se trompe sur la situation. C'est une BD assez violente pour l'époque (Spirou qui utilise un bazooka !) et je me demande si c'est la raison pour laquelle le premier album de la série 'officielle' commence avec la suite qui a un ton plus convenu pour l'époque.

Bon okay cela reste une oeuvre de jeunesse et il y a encore des maladresses dans le scénario (les facilités, notamment), mais j'aime tellement le personnage de Radar que je mets 4. :priere:
Vive Gil Jourdan !
Répondre

Retourner vers « Evaluez les albums de Spirou et Fantasio »