L'HERITAGE

Modérateur : Modérateurs

Répondre

Notez cet album de 0 à 5

0 = et si on parlait d'autre chose ?
0
Aucun vote
1 = pas terrible
1
6%
2 = bof sans plus
3
19%
3 = un album qui se lit agréablement
7
44%
4 = très bon album
4
25%
5 = superbe album je lis et relis. Un des incontournables de la série.
1
6%
 
Nombre total de votes : 16

Avatar du membre
Trichoco
Administrateur
Administrateur
Messages : 4451
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 19:02
Localisation : Reims

L'HERITAGE

Message par Trichoco »

Dans le cadre de notre travail de préparation du site bibliotheque, nous vous demandons ici de noter et donner votre avis sur cet album comme vous l'avez déjà fait avec les autres. Vous avez certainement déjà noté "Spirou et Fantasio"? Ce n'est pas grave, votre avis donné ici concernera ce Hors-série en particulier.

Image

Image

Le barème ne change pas :

0 = et si on parlait d'autre chose ?
1 = pas terrible
2 = bof sans plus
3 = un album qui se lit agréablement
4 = très bon album
5 = superbe album je lis et relis. Un des incontournables de la série.
#TeamFournier #TeamTinlot
ElEmperador1907
Spiroutiste Débordé
Spiroutiste Débordé
Messages : 144
Enregistré le : mar. 14 déc. 2010 14:59

Re: L'HERITAGE

Message par ElEmperador1907 »

Grande sympathie.5
Avatar du membre
Jalias
Spiroutiste Détraqué
Spiroutiste Détraqué
Messages : 254
Enregistré le : lun. 12 mai 2014 13:05

Re: L'HERITAGE

Message par Jalias »

ZZZ… Scandaleux… Ronfler comme ça…. Leur dirait demain !... zzzz !

Ce premier hors-série est constitué de deux « péchés de jeunesse » de Franquin… Et quels péchés !

La première historiette, Spirou et le tank est un baroud d’essai pour le jeune Franquin - alors que Jijé a toujours la garde de Spirou - et il sera publié dans l’almanach 1947. A bien des égards, il rappelle « la Jeep » de Jijé. Dans les deux histoires, Fantasio achète un engin improbable laissé par les militaires américains après la guerre, et qui conduit nos héros à une série de catastrophes plus invraisemblables les unes que les autres. De même, comme pour Spirou et l’aventure, l’histoire se conclue avec l’arrivée des enfants, qui se sont organisés en réseau pour se prévenir que Spirou a besoin d’aide. On n’est ainsi clairement pas dépaysé par rapport au Spirou de l’époque, Franquin essayant même au mieux de garder le graphisme Jijé, donc avec un Spirou très cambré, des doigts très détaillés et des « trognes » pour Spirou et Fantasio, un peu éloigné du style Franquin « classique » qui culminera avec la Mauvaise tête.

C’est d’autant plus intéressant de voir dans cette première aventure de Franquin un réel prolongement du Spirou de Jijé que de l’aveu de Franquin lui-même, il n’avait peu ou pas lu Spirou, ni le Spirou de Jijé ou encore moins celui de Rob-Vel. Il a ainsi probablement regardé quelques planches pour comprendre le style graphique et narratif de la série, mais c’est tout ! Mais c’était bien suffisant pour le sieur Franquin, véritable génie qui a réussi d’une main de maître à s’insérer dans la série.

Surtout que Franquin ne fait pas que singer Jijé, il s’imprègne du moule pour produire un récit parfaitement construit, simple, léger et surtout drôle ! L’idée du tank est forcément un outil facile de destruction, amenant les situations les plus cocasses. Mais déjà, l’humour est plus fin qu’il n’y parait : les blagues sur l’inconscience du militaire américain, prêt à vendre tout et n’importe quoi à des civils est d’une grande pertinence, tout comme les moqueries sur les vieilles familles aristocrates désargentées avec la marquise Aglaé de Courcifon (le nez du tank lui va si bien !), ou le faux grand-père paralysé. L’humour marche aussi bien car il croque de vrais travers, et permet de donner brillamment vie à l’univers de cette histoire. Dans le genre, l’ingéniosité du vendeur qui - après avoir vu ses pommes écrasées par le tank - plutôt que de juste râler bêtement décide d’en profiter pour vendre de la marmelade (et en augmenter le prix !), est juste formidable !

La caractérisation des personnages, même de ceux qui n’apparaissent que pour une ou deux cases, est donc juste parfaite : Fantasio comme Spirou sont parfaitement définis, ont des réactions logiques par rapport aux événements (« et surtout ne perdons pas notre sourire ! » « Oh non, surtout pas ça Spirou ! » par un Fantasio loin de sourire naturellement). Un exemple reste les enfants, qui réagissent comme des enfants, ont des réflexions d’enfants et pas de « mini-adultes » !

Devant une telle réussite, il n’est pas surprenant que Dupuis comme Jijé adoubent immédiatement Franquin comme repreneur de Spirou dès la maison préfabriquée (voir Hors-Série n°2).

Le gros morceau de ce premier Hors-Série est la deuxième histoire, l’Héritage. Cet album, je l’avais étant gamin, donc autant dire tout de suite : je ne serai pas objectif du tout !

Mais je crois vraiment que même en étant objectif, l’Héritage est juste formidable ! Oui, l’histoire est convenue, les étapes clefs sont d’un classicisme absolu, et le dessin de Franquin encore embryonnaire (bien que déjà formidable à lire et regarder). Mais le récit est très bien construit, il est léger, inventif, avec un univers foisonnant. Comme pour le tank, même des personnages qui n’apparaissent que quelques cases, comme l’inoubliable vieille dame du train, sont absolument marquants, et donnent l’occasion d’un gag malin et pertinent ou d’une mise en place de l’atmosphère. Les décors sont superbes (Chahutemont restera, comme pour beaucoup de monde j’imagine, ma partie préférée), les animaux sont expressifs (et c’est là qu’on voit que Franquin a grandi entouré d’animaux, il a un talent incroyable pour reproduire n’importe quelle bestiole). Les gags sont tour à tour hilarants (la course-poursuite Gaspard/Spirou, avec ce moment où Gaspard casse sa jambe de bois, et où Spirou et lui font une sorte « de pouce » dans leur poursuite), touchant (Spirou qui croit Spip empaillé, ou la colère de Fantasio face aux souris qui finit par la découvertes des deux souriceaux apeurés, amenant une petite larme chez notre fantasque ami), ou les deux à la fois (le « remake » du joueur de flûte de Hamelin). Il est aussi passionnant de voir Franquin aussi à l’aise avec les gags visuels (le Spip empaillé encore, ou la « dentelle de Bruges », la fumée de Fantasio qui forme un « ZUT » puis la vieille dame enfumée par le train) que les gags de situation (la fameuse nuit dans la jungle qui a donné lieu à ma citation ! Spirou a définitivement le sommeil lourd !). C’est un vrai festival, et il y a forcément quelque chose à découvrir.

La partie dans la jungle est peut-être la moins réussie, car surtout la plus datée (on a droit aux clichés des sauvages anthropophages, de l’alcoolisme, des bandits (les premiers d’une longue série !) etc etc), mais ça reste un récit très insouciant, et visuellement assez remarquable (la vue plongeante sur les crocodiles, ou les ombres des torches dans la grotte !).

Pour un premier récit « long », l’Héritage est ainsi étonnement solide, parfaitement structuré, drôle et dépaysant au possible. Une parfaite introduction à Spirou et Fantasio, surtout associée à l’énergique Tank, qui aurait probablement grandement mérité d’être le numéro 1 de la série principale.

Un 4/5 pour moi.
Avatar du membre
Pigling-Bland
Administrateur
Administrateur
Messages : 7760
Enregistré le : ven. 22 sept. 2006 19:00
citation : Prof Pigling
Localisation : 29000 Quimper
Contact :

Re: L'HERITAGE

Message par Pigling-Bland »

Jalias a écrit :Une parfaite introduction à Spirou et Fantasio, surtout associée à l’énergique Tank, qui aurait probablement grandement mérité d’être le numéro 1 de la série principale.

Un 4/5 pour moi.
Merci une fois de plus pour cette analyse aussi fine que drôle...
Pour ce qui est du numéro, ne perdons pas de vue que ce aventures firent l'objet d'un album "Spirou et Fantasio" antérieur à "4 aventures". Cette numérotation 1 de quatre aventures est uniquement due au fait que les deux premiers albums de la série étant réalisés à un format quasi carré, leur réédition à un format normal (qui les aurait logiquement placés avant ces 4 aventures) n'a, par la suite, pas été jugée pertinente au regard de la série qui se mettait en place réellement dès 1951 avec "Il y a un sorcier", époque où la numérotation n'existait pas encore. Du reste on voit avec le 2e plat de l'édition originale des "Chapeaux noirs" que la numérotation (qui n'interviendra qu'avec "le dictateur et le champignon") incluant les 2 albums initiaux était encore possible.
Membre de la team Gil Jourdan
Désolé madame, je ne peins plus que les natures mortes ! Qu'on vous assassine, et c'est chose faite !
Avatar du membre
Gaston Lagaffe
Maître Spiroutiste
Maître Spiroutiste
Messages : 2308
Enregistré le : sam. 8 oct. 2005 14:02
citation : Fan de Fournier
Localisation : Gatineau (Québec)

Re: L'HERITAGE

Message par Gaston Lagaffe »

Ouais un autre album que j'avais oubliée de voter. :mrgreen:

Bon, j'ai mis 3 étoiles. Les histoires sont des œuvres de jeunesses et typique des œuvres de l'époque. Les gags du tank sont un peu tarte à la crême par moment (bon, au moins c'est pas de l'humour à la Charlier :mrgreen: )' tout en restant sympathique à lire.

L'Héritage est pas mal. J'aime bien l'ambiance dans la maison 'hantée' et si évidemment il y a les clichés de l'époque lorsqu'on va en Afrique, cela me fait moins chier que dans les Pygmées. Il faut dire que ce coup-ci on sait les motivations des méchants. D'ailleurs, je trouve ça rigole que le méchant juge de ce venger. Et ben il prends bien son temps pour revenir. :lol:
Vive Gil Jourdan !
Répondre

Retourner vers « Evaluez les albums de Spirou et Fantasio »